« NOE »

thumb11940

Extrait du roman « NOE »

de Menis KOUMADAREAS 2003

Editions KEDROS

…Depuis les murs de brouillard, depuis les énormes vagues et la catastrophe, une cité émerge. Une petite île , une vie sans nuages. Dans ce lieu, le soleil est un bouton sur lequel les habitants appuient pour qu’il fasse jour ou nuit, selon leur humeur. Avec un autre bouton, ils règlent les saisons selon leurs envies. Il n’y a pas de d’entreprise d’électricité, les habitants ont leur lumière et il n’y a pas de téléphones non plus. Les lumières dans les rues sont des étoiles qui n’existent plus.Les hommes marchent au dessus du sol, une chose qui leur permet de ne pas rester collés dans des choses pareils.

Ils parlent la même langue sans règles sèches de grammaire et une syntaxe inflexible, qui, tandis que quelqu’un s’attendrait à une langue de la télévision, leur permet, au contraire, d’être plus instinctifs et de s’exprimer avec charme, imagination et avec une exactitude incroyable. D’ailleurs il n’y a ni télévision – l’un apprend les nouvelles de l’autre – ni voitures, donc il n’y a ni accidents de voitures ni meurtres. Leur vie est jouée par eux-mêmes et ainsi il n’y a ni théâtre ni acteurs. Il n’y a pas de monnaie non plus. Les biens sont estimés selon la chaleur de la poignée de main des habitants. Les poètes écrivent leurs meilleurs vers dans leur sommeil. Peu de livres sont édités et il y en a encore moins qui sont distribués. Leur bilan s’effectue automatiquement par les lecteurs, sans la médiation des présentateurs de livres, des critiques ou des journalistes, tandis que les écrivains sont soumis à un contrôle régulier de talent pour leurs livres sans discordes, « coups de couteaux » entre collègues et autres caractéristiques intellectuels. Un journal est distribué, et celui-ci, ne publie que des naissances, des funérailles et autres sujets vitaux d’un intérêt commun.

Les habitants de cette île sont nourris par des pousses d’arbre qui sont riches en vitamines et oligoéléments. La viande est une espèce inconnue, comme les fast-foods aussi. Ils mangent des poissons qui viennent tous seuls pour s’allonger sur les poêles et les grilles. Ils boivent de l’eau d’une fontaine à la place centrale où l’eau les aident à digérer et à être sereins, et non l’eau des lacs ou de l’eau en bouteille. Un proverbe sur la fontaine dit: «  Fais hier ce que tu as à faire pour demain »……….

Traduction : Michail NIKOLOUZOS

Droits d’auteur :
Si vous souhaitez citer ce billet paru sur le blog philiki.org (philiki.wordpress.com), ou en reproduire le contenu, merci d’en contacter l’auteur via les commentaires, pour autorisation (ces commentaires ne seront pas vus du public). Merci de respecter le travail des autres.
Si au contraire malgré notre vigilance, vous estimez qu’un billet reproduisant votre travail a excédé sans votre autorisation le droit de citation ou de reproduction pour information prévu par la Loi française, merci également de nous contacter pour retrait.
Publicités
Publié dans α / Littérature / Textes Λογοτεχνία / Κείμενα

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


< radios de Grèce & de Chypre

< TV : Chypre, Dodécanèse, Crète

Articles récents
%d blogueurs aiment cette page :